La Moitié d’une Guerre | Joe Abercrombie

La Moitié d'une Guerre

« La Mer Éclatée », tome 3

Auteur : Joe Abercrombie

Illustration de couverture : Didier Graffet

Éditeur : Bragelonne

Année d’édition : 2016

Édition originale : Half a War, paru en 2015

Traduction française : Juliette Parichet

Mots-clés : Guerre, Elfes, Trahison, Conquête, Manipulation.

La vengeance est une façon de s’accrocher à ce que nous avons perdu. Une cale dans la Dernière Porte, qui nous permet de voir le visage des morts par l’embrasure. Nous nous échinons à l’atteindre, nous brisons toutes les règles pour l’obtenir, mais une fois qu’on la tient, il ne reste rien. Que du chagrin.

Skara, princesse du Trovenland, a vu son royaume brûler et sa famille se faire massacrer par le sanguinaire Yilling l’Éclatant, général de l’armée du Haut Roi. Réfugiée au Gettland, elle recherche des alliés pour reprendre son trône, n’ayant plus que les mots pour se défendre… Avec l’aide de père Yarvi, ministre du roi Uthil, elle parvient à rassembler les armées du Gettland et du Vansterland et à reprendre la Pointe de Bail, forteresse emblématique du Trovenland. La riposte de l’armée adverse ne se fait pas attendre et le chaos s’installe en Mer Éclatée. Les épées ne suffisent plus à contrer la soif de conquête du Haut Roi et de sa ministre Grand-mère Wexen, et père Yarvi part alors à la recherche d’anciennes armes elfiques, au risque de bouleverser à jamais le monde tel qu’il le connaît…

Une reine doit prendre des décisions difficiles. Mais aussi en assumer les conséquences avec dignité. Si vous fuyez le passé, il vous rattrapera au galop. Vous devez l’affronter. En tirer une leçon pour améliorer l’avenir.

La Moitié d’une Guerre est la conclusion de la palpitante trilogie de la Mer Éclatée. Le Haut Roi a envoyé son armée pour écraser les royaumes du nord, qui forment une alliance contre le général Yilling l’Éclatant. C’est la guerre, et nous accompagnons les personnages lors de sièges de forteresses, de batailles navales, de combats épiques entre guerriers légendaires, mais aussi d’intrigues et de complots politiques… Les actions s’enchaînent à un rythme effréné, avec de nombreux retournements de situation et des révélations surprenantes. Ce troisième tome est plus sombre que les précédents, et les personnages plus durs, mais toujours aussi complexes. Ils se retrouvent face à leurs zones d’ombre et doivent prendre des décisions difficiles. J’ai particulièrement apprécié Raith, un tueur que même Épine qualifie de « sacrée brute doublée d’un salopard », mais qui est rempli de doutes. Il cherche une autre voie que celle de la violence, mais est coincé entre ses obligations par rapport à son roi, son amour pour son frère et ses désirs profonds…

Certains des anciens personnages n’ont pas évolué très positivement, notamment Yarvi, que l’on suit depuis le premier tome et qui est maintenant devenu beaucoup plus manipulateur et est surtout préoccupé par sa vengeance personnelle, quitte à mettre le monde à feu et à sang pour arriver à ses fins… C’est également le cas d’Épine qui, après s’être un petit peu assagi, redevient une guerrière violente et sanguinaire, suite à divers événements tragiques. Cette évolution, parfois régression, des personnages apporte cependant du réalisme au récit. Une guerre marque toujours fortement les personnes qui y participent, et même dans le camp des vainqueurs, certains ne vivent pas un happy end et n’obtiennent pas tout ce qu’ils souhaitent… Joe Abercrombie brouille ainsi les cartes et emmène ses personnages dans des directions parfois inattendues, pour une fin pleine de surprises.

Enfin, dans la lignée de La Moitié d’un Monde, on retrouve ici une nouvelle fois une héroïne forte (si ce thème vous intéresse, j’en ai parlé dans mon analyse du tome 2 de la trilogie). Au début du récit, Skara est la princesse d’un royaume déchu et envahi, mais elle devient reine à la mort de son grand-père et s’efforce de repousser l’ennemi et de reconstruire son pays. Ne sachant pas se battre, elle doit s’imposer dans ce monde d’hommes par la puissance de ses mots et de ses discours (comme elle le répète souvent : « Seule la moitié d’une guerre se joue avec des épées »). Elle aura besoin de toute sa sagesse et son pouvoir de persuasion pour s’affirmer et ne pas être un simple pion dans les mains des autres rois…

Ma conclusion : Suspense, révélations, personnages aux multiples facettes… Une fois qu’on est dedans, ce récit ne nous lâche plus. Joe Abercrombie a un réel talent de conteur et, avec La Moitié d’une Guerre, il clôt magistralement cette trilogie captivante !

Ma note: 18/20

Publicités

Une réflexion sur “La Moitié d’une Guerre | Joe Abercrombie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s