Histoire du tonnelier tombé amoureux | Ihara Saikaku

Histoire du tonnelier tombé amoureux

Prose ukiyo-zōshi

Auteur : Ihara Saikaku

Illustration de couverture : Katsukawa Shunshō, Une scène de shunga (détail), Photo par Janette Ostier

Éditeur : Gallimard

Année d’édition : 2014

Traduit du japonais et annoté par Georges Bonmarchand

Mots-clés : Japon, conte, amour, mariage, infidélité, homosexualité, mort

Le jeune garçon était d’une beauté sans égale, qui ne se peut comparer qu’à celle des fleurs à demi écloses des cerisiers simples qui viennent de fleurir, et qui semblent vouloir parler.

Ce petit recueil contient deux textes de Ihara Saikaku :

Histoire du tonnelier tombé amoureux : un tonnelier tombe sous le charme d’O-Sen, fille de chambre dans une famille riche. Il raconte son histoire à une vieille entremetteuse qui décide de l’aider à conquérir la jeune fille…

Histoire de Gengobei : Gengobei est un jeune homme qui ne cache pas son homosexualité et son attirance pour les jeunes éphèbes. Lorsque son amant meurt brutalement et de manière inexpliquée, son chagrin est tel qu’il décide d’entrer au temple et de devenir bonze. Mais sa résolution ne sera peut-être pas suffisante pour faire face aux tentations de la chair…

Alors que, dans ce monde éphémère, on ne peut savoir combien longue sera la vie, il est fort comique de voir comment, même par amour, les gens acceptent si facilement de prendre des engagements importants.

Ces deux petits textes très courts, issus du recueil Cinq amoureuses écrit en 1686, nous plongent dans le Japon féodal de la fin du XVIIe siècle. J’ai beaucoup aimé découvrir cette culture particulière, qui est quand même très différente de la nôtre. Il m’a fallu un peu de temps pour rentrer dans l’histoire, surtout pour le premier récit, car la manière dont le tonnelier et O-Sen tombent amoureux et se rencontrent (oui, ils tombent amoureux l’un de l’autre sans même se connaître ^^) est un peu caricaturale et peu réaliste, de mon point de vue. Mais une fois habituée au style d’écriture et de l’histoire, j’ai dévoré ce petit livre.

Ihara Saikaku met en scène des personnages préoccupés par leurs histoires d’amour. À l’époque, les femmes n’ont pas encore une place très grande dans cette société assez rigide, mais ces histoires parlent de jeunes filles indépendantes, qui affirment leur passion et sont prêtes à tout pour être avec celui qu’elles aiment. La première histoire, celle du tonnelier, se termine cependant assez mal, surtout pour l’homme, qui subit l’infidélité de son épouse.

Par contre, j’ai beaucoup apprécié le deuxième récit, Histoire de Gengobei, qui met en scène un jeune homme homosexuel, ce qui est sans doute peu habituel pour l’époque. Les pertes auxquelles il fait face et son désir de se retirer du monde pour se consacrer au temple m’ont touchée. Et c’est apparemment la seule histoire des Cinq amoureuses qui connaît une fin heureuse, ce qui est positif !

Ce recueil est accompagné d’illustrations de Yoshida Hambei, célèbre peintre de gravures. Ces images illustrent magnifiquement des passages-clés du récit et nous permettent d’entrer encore davantage dans la culture japonaise, grâce à ce style de gravures si particulier.

Ma conclusion : Une très chouette lecture pour découvrir le Japon féodal et sa conception de l’amour. Cela m’a donné envie de lire le reste du recueil de cet auteur, j’espère avoir l’occasion de le faire un jour.

Note : 15/20

Lu et chroniqué dans le cadre du Summer Holidays Challenge 2016.
Défi « Japon » : Dépaysement total ~ Lisez un livre dont l’action se déroule dans une contrée lointaine.

Publicités

Une réflexion sur “Histoire du tonnelier tombé amoureux | Ihara Saikaku

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s