Kinslayer | Jay Kristoff

Kinslayer

Fantasy Steampunk

 « La Guerre du Lotus », tome 2 (pour lire ma chronique du tome 1, c’est par ici)

Auteur : Jay Kristoff

Illustration de couverture : Sylvie Veyres

Éditeur : Bragelonne

Année d’édition : 2015

Édition originale : Kinslayer, paru en 2013

Traduction française : Emmanuelle Casse-Castric

Mots-clés : Steampunk, Japon, Héroïne, Griffon, Révolte, Pouvoirs, Trahison.

– Tu donnes de l’espoir aux gens, Yukiko. La force au cœur de toute force. Les étapes que tu franchis maintenant – les premiers pas – c’est toujours ce qui est le plus difficile. Mais les empreintes que tu laisses dans la terre derrière toi, des milliers y mettront leurs pas.

L’assassinat du shōgun Yoritomo par Yukiko a provoqué le chaos dans les îles de Shima, et la menace d’une guerre civile est de plus en plus grande. La Guilde du lotus complote pour placer un homme de son choix à la tête de l’empire et les rebelles Kagé préparent leur attaque, reposant tous leurs espoirs sur la jeune fille, nouvelle Danseuse d’orage, et le tigre de tonnerre Buruu. Cependant, Yukiko souffre de son pouvoir qui ne fait que croître et qu’elle ne parvient plus à contrôler. Elle s’envole vers le nord pour chercher des réponses à ses questions, mais y trouvera de nouveaux ennemis… Parviendra-t-elle à rentrer chez elle pour libérer le peuple de l’emprise des guildiens ?

– Le temps de la peur est depuis longtemps révolu. Il s’est éteint avec le dernier phénix, le dernier papillon. Il est mort lorsque nous avons échangé la grâce de notre âme pour la facilité de la machine. Rien ne changera si nous chérissons nos inquiétudes comme une bénédiction. Si nous craignons de détruire l’ancien, avec les risques de pertes que cela comporte, jamais nous ne bâtirons le nouveau.

Le premier volet de la « Guerre du lotus » s’est conclu par une demi-victoire pour Yukiko. Elle a réussi à tuer le tyran Yoritomo et à allumer les premières braises de révolte dans le cœur de la population, mais elle a également perdu son père et subi une grande trahison de la part d’un homme qu’elle pensait aimer. Au début de ce deuxième tome, elle se laisse consumer par la colère et un désir de vengeance. Cela s’accompagne d’une forte montée en puissance de son don : elle ne perçoit plus uniquement les pensées de Buruu, mais également celles de tous les animaux, et même les humains, qui l’entourent. Elle a cependant beaucoup de mal à contrôler le Sçavoir et se sent submergée ; c’est pourquoi elle décide de se rendre dans le nord, sur l’île de Shabishii, où elle pense trouver des réponses et des conseils pour maîtriser son don. Lors de son périple, elle va être confrontée à des ennemis gaijin (étrangers), auxquels elle n’échappera que grâce à l’aide d’un autre tigre de tonnerre, ancienne connaissance de Buruu. Quelques bribes du passé du griffon sont ainsi révélées, mais cela ne fait qu’amener d’autres questions auxquelles il refuse de répondre.

Le caractère de Yukiko s’affirme davantage dans Kinslayer. Elle qui avait déjà beaucoup perdu subit encore des déceptions, des trahisons et des traumatismes psychologiques importants. Mais tout ce qu’elle apprend durant son voyage et à son retour la font grandir et mûrir. Si au début elle laissait parler sa colère et ne pensait pas être à la hauteur de ce que les rebelles attendaient d’elle, elle est maintenant sûre d’elle, plus apaisée et prête à affronter la Guilde pour changer le monde et sauver la population, et non plus uniquement pour se venger. Nous faisons également la connaissance de plusieurs nouveaux personnages, comme Yoshi, son amant Jurou, et sa sœur Hana, ou encore Ayane, une jeune guildienne qui demande à rejoindre les rebelles. Tous souffrent du conflit qui fait rage entre la Guilde et les Kagé, et, même s’ils n’y font pas face de la même manière, chacun d’eux fait preuve d’un grand courage…

Kinslayer est plus dynamique que le tome précédent. Quantité d’actions s’enchaînent sans le moindre temps mort. Les chapitres alternent entre différents personnages et situations, et Jay Kristoff sait parfaitement ménager le suspense. J’avais du mal à lâcher le livre entre deux chapitres ! Et tout comme dans Stormdancer, il nous dépeint ce monde avec sa langue percutante et imagée, et des descriptions techniques détaillées propres au genre du steampunk. L’auteur développe un monde ainsi qu’une intrigue originaux et passionnants. Si, à quelques reprises, il semble se diriger vers des clichés de la Fantasy (notamment le voyage initiatique à la recherche d’un maître pour contrôler son pouvoir), c’est pour mieux les retourner ensuite et nous surprendre avec des rebondissements riches et intéressants.

Ce deuxième tome est également plus sombre, plus dur, avec des scènes de cruauté et de torture violente, décrites en détails… Cependant, Jay Kristoff développe surtout des réflexions environnementales, politiques, sociales, mais aussi relationnelles et personnelles. Ainsi, Kin et Ayane, les seuls guildiens parmi les rebelles, doivent faire face à beaucoup d’hostilité en raison de leur passé, ce qui les conduit à s’interroger sur leur engagement et leur place dans le monde. L’auteur marie donc à merveille l’action et la psychologie, poussant ses personnages dans leurs derniers retranchements afin de les faire évoluer.

Ma conclusion : Un deuxième tome passionnant, qui tient les promesses du premier et prépare le terrain pour l’affrontement final. Le monde sombre dans la violence et la noirceur pour mieux revenir vers la lumière dans la conclusion de la trilogie ? À suivre…

Note : 17/20

Lu et chroniqué dans le cadre du Summer Holidays Challenge 2016.
Défi « France » : Marathon bonheur ~ Finissez 2 séries dont tous les tomes sont parus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s