Endsinger | Jay Kristoff

Endsinger

Fantasy Steampunk

« La Guerre du Lotus », tome 3 (allez voir aussi mes chroniques du tome 1 et du tome 2)

Auteur : Jay Kristoff

Illustration de couverture : Sylvie Veyres

Éditeur : Bragelonne

Année d’édition : 2015

Édition originale : Endsinger, paru en 2014

Traduction française : Emmanuelle Casse-Castric

Mots-clés : Steampunk, Japon, Héroïne, Griffon, Guerre, Pouvoirs, Sacrifice

Toutes les histoires ont une fin. Toutes les chansons s’achèvent. Nous vivons tous un bref instant au soleil, avant de sombrer dans le sommeil éternel. Mais la plupart passent ce moment de chaleur à se désespérer en silence, et ne découvrent jamais ce qu’est une existence extraordinaire. Ils ne connaissent pas ces instants où le sang se change en feu et le cœur chante, ces instants dont on se souvient et dont on peut dire : « Je ne me suis jamais senti plus vivant. »

La guerre civile éclate enfin, et la Guilde du lotus prépare son invention meurtrière, grâce à laquelle elle veut éradiquer la rébellion et unifier l’empire sous le règne de la peur. Yukiko, à la tête des rebelles Kagé, cherche de nouveaux alliés dans le clan du renard, parmi le peuple du griffon Buruu, mais aussi auprès des étrangers qui débarquent pour envahir Shima. Entre alliances, trahisons et affrontements, la situation s’annonce de plus en plus désespérée, d’autant plus que le secret le plus dangereux de la Guilde est finalement révélé, libérant une menace qui pourrait bien signer la fin de Shima…

Tous les sacrifices ne sont pas vains. Tous ceux qui sacrifient leur vie ne le font pas pour la gloire ou l’honneur. Certains le font par amour. Amour du clan, de l’avenir, de la famille. Quelque chose de plus grand que sa propre personne.

Dans ce troisième tome de la trilogie, la « Guerre du lotus » se déclenche enfin. La Guilde du lotus dévoile son arme la plus dangereuse : le Broyeur. Une machine géante conçue pour détruire des villes entières. Accompagnée de l’armée du clan du tigre conduite par Hiro, cette terrible invention se dirige vers Yama, capitale du clan du renard, où se sont réfugiés certains rebelles ainsi que Yukiko et Buruu. Ces derniers se demandent comment faire face à cette menace, lorsqu’une flotte de gaijins arrive à Shima afin de se venger de la guerre qu’ils subissent depuis plus de vingt ans. Le griffon décide alors de retourner voir son peuple pour leur demander de l’aide ; et l’on découvre à cette occasion l’île de Maelström, domaine des mythiques arashitora.

Les forces se rassemblent des deux côtés, mais le véritable plan du maître de la Guilde est sur le point d’être dévoilé, et de précipiter le monde entier dans le chaos… La guerre prend un tournant mythologique, alors que le secret le mieux gardé de la Guilde est révélé et que les dieux se mêlent du conflit. Je regrette cependant que cet aspect soit moins développé. L’auteur survole le contexte mythologique et la bataille finale prend fin assez rapidement. De plus, une déesse des gaijins est également abordée, ainsi que le fait qu’elle marque certaines femmes et leur confère de puissants pouvoirs, mais très peu d’informations sont données à ce sujet. Je pense qu’il aurait été intéressant d’approfondir cela un peu plus… Peut-être cela est-il prévu dans une prochaine série ? ^^

Avec Endsinger, Jay Kristoff conclut brillamment sa trilogie. Il ne nous lâche pas une seule seconde, entre des scènes de batailles, des combats aériens à dos de griffons, des révélations surprenantes et des retournements de situations inattendus… Le mystère est enfin levé sur le passé de Buruu, et on en apprend davantage sur les étrangers lorsqu’ils arrivent pour se venger des souffrances qu’ils ont subies. Les personnages montrent leur vrai visage, qu’il soit bon ou mauvais ; certains deviennent des héros et découvrent un aspect insoupçonné de leur personne. J’ai beaucoup apprécié Yoshi et Hana, frère et sœur doués du Sçavoir, que l’on rencontre pour la première fois dans le tome 2 de la série. Ils n’ont pas eu une vie facile et subissent de grandes pertes durant cette guerre. Nous les accompagnons dans leur évolution, dans leur quête pour trouver leur place et montrer de quoi ils sont capables.

L’auteur aime jouer avec le suspense et passer d’un personnage à l’autre lors de moments-clés de l’intrigue, nous laissant à notre frustration (cela m’a quelques fois poussée à lire jusque tard dans la nuit, voulant à tout prix savoir la suite ^^). À côté des scènes d’action presqu’omniprésentes, Endsinger est également un roman plein d’émotions. Un peu de joie et de bonheur, mais également beaucoup de souffrance et de douleur. Jay Kristoff semble prendre plaisir à tuer ses personnages et peu sont épargnés ; j’ai d’ailleurs versé des larmes à plusieurs reprises, ce qui ne m’était pas arrivé depuis longtemps avec un roman… Mais il nous montre également qu’il y a toujours de l’espoir et que, comme le dit le daïmio Isamu, « tous les sacrifices ne sont pas vains », et la mort de certains peut permettre au plus grand nombre de connaître la paix et l’amour…

Ma conclusion : Endsinger offre une conclusion explosive à cette superbe trilogie. Un univers original, des personnages complexes, des rebondissements permanents,… Un vrai coup de cœur que je vous conseille vivement de découvrir !

Note : 19/20

Lu et chroniqué dans le cadre du Summer Holidays Challenge 2016.
Défi « France » : Marathon bonheur ~ Finissez 2 séries dont tous les tomes sont parus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s