Yzé et le palimpseste | Florent Marotta

yze

Urban Fantasy

« Saga d’Yzé », tome 1

Auteur : Florent Marotta

Illustration de couverture : Dorian Cottereau

Éditeur : Taurnada Editions

Année d’édition : 2016

Mots-clés : Pouvoirs, Eléments, Feu, Religion, Conflit.

Le pouvoir peut te sublimer ou te détruire. A toi de te connaître et de savoir jusqu’où tu peux aller. Tu es ton seul maître.

Elevée par sa tante Lucy, Yzé a vécu toute sa vie dans la protection de Nova Lugdunum. Lorsqu’un soir les deux femmes se font attaquer chez elles et sont obligées de fuir la ville, la jeune fille est jetée dans un tourbillon de révélations et découvre qu’elle est une Wicce, une sorcière capable de contrôler un élément. Réfugiée dans un village qui recueille les Wicce persécutés, elle fait la connaissance d’autres jeunes comme elle et apprend à maîtriser son pouvoir.

Mais des événements imprévus vont bouleverser le monde et Yzé va devoir faire face à la fois aux Exaltés – dangereux fanatiques religieux – et à Ashahell – un ancien sorcier revenu d’entre les morts –, tout cela en essayant de découvrir sa véritable identité et les secrets de son passé…

Tous les pouvoirs font peur quand il en est fait usage à mauvais escient.

Je voudrais tout d’abord remercier les éditions Taurnada de m’avoir envoyé ce roman, que j’ai découvert avec plaisir ! 🙂

J’ai beaucoup apprécié l’univers mis en place par Florent Marotta dans ce cycle. Le récit se déroule dans un monde qui tient de la Fantasy classique, mais avec des éléments futuristes (Yzé a ainsi grandi à Nova Lugdunum, autrefois Lyon). Le mélange entre des aspects technologiques assez avancés (notamment les armes des Exaltés) et des personnages maîtrisant la magie est un peu déroutant au début, mais j’ai trouvé cela très intéressant et bien exploité par l’auteur. Les quelques scènes de combat opposant les pouvoirs des Wicce aux armes à feu des religieux sont particulièrement réussies.

L’écriture de Florent Marotta est fluide et agréable, et les quelques faiblesses stylistiques n’entachent pas la lecture. On sent néanmoins que le roman s’adresse surtout à des adolescents. Le récit est toutefois bien construit, on suit différents groupes de personnages à tour de rôle, ce qui offre un bon aperçu des divers rebondissements parallèles et des enjeux de l’histoire. L’auteur distille quelques informations au sujet du passé des Wicce et de leur relation conflictuelle avec les Magis, une autre sorte de sorciers auxquels appartient le dangereux Ashahell. Et les découvertes d’Yzé concernant son pouvoir remettent en cause ce qu’elle apprend de ses mentors au village. Cela ouvre beaucoup de questions sur ce monde et la magie qui y règne, et j’espère que ces aspects seront davantage approfondis dans la suite de la série.

J’ai cependant un petit regret concernant le début du roman. Celui-ci s’ouvre sur un prologue mettant en scène un certain Jared, qui trouve, par le biais d’un livre, d’anciennes Annales où est consignée la mémoire du monde, et dans lesquelles il découvre l’histoire d’Yzé. Une ouverture intéressante, qui nous présente le roman comme un récit dans le récit, mais qui n’est malheureusement plus exploitée après, ce que je trouve dommage. Mais peut-être est-ce prévu pour les prochains romans du cycle ?

En ce qui concerne les personnages, je suis assez partagée. J’ai eu du mal à m’identifier à Yzé, dont je trouve le parcours un peu cliché. Au début du récit, elle découvre soudainement qu’elle a des pouvoirs, et parvient ensuite à les maîtriser très rapidement, allant même sans grands efforts au-delà des limitations normalement subies par les Wicce. De plus, ses réactions (émotionnelles et psychologiques) face aux épreuves qu’elle traverse sont parfois assez étonnantes, et elle semble passer très vite au-dessus de certains événements tragiques… Je regrette que l’auteur n’ait pas davantage approfondi sa personnalité. Cela est cependant compensé par de nombreux autres personnages attachants et intéressants ; mention spéciale à Isobel et Fall que j’ai énormément appréciés 🙂 Les pouvoirs dont dispose Isobel (à sa maîtrise de l’eau s’ajoute la manipulation des rêves et des pensées) sont particulièrement intéressants et j’espère en apprendre davantage par la suite.

Ma conclusion : Les quelques déceptions au niveau de l’écriture et du caractère du personnage principal sont largement compensées par la qualité de l’univers et de la construction du récit. Ce roman est donc une très chouette découverte, qui m’a donné envie de lire la suite et que je vous conseille de découvrir à votre tour 🙂

Note : 14/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s