La Horde du Contrevent – chapitres 7 à 9 | Alain Damasio

horde-du-contrevent

Chronique 3/6

Chapitre 7 – La dernière Horde ?

Chapitre 8 – Le Corroyeur

Chapitre 9 – La tour Fontaine

Science-fiction

Auteur : Alain Damasio

Illustration de couverture : Nicolas Fructus

Éditeur : Folio SF

Année d’édition : 2015

Mots-clés : Horde, Aventure, Vent, Science-Fiction

Moins que d’autres, je ne savais si le but de notre vie avait un sens. Mais je savais, plus que quiconque, qu’elle avait une valeur. Par elle-même, directement, hors de toute réussite ou déroute. Cette valeur venait du combat. Elle venait du rapport profondément physique que nous avions au vent. Un corps à corps. Elle venait de la qualité impressionnante de notre Fer et de notre Pack. De l’épaisseur à peine concevable de connaissances et d’expériences dont nos os avaient hérité. Elle venait d’une noblesse de cœur et de rage dont je me sentais, avec Golgoth, le premier porteur.

Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.

J’ai pris un peu de retard dans cette lecture commune, en partie parce que j’ai eu du mal à rentrer dans ces trois derniers chapitres… La Horde est toujours avec les fréoles et essaye de se remettre du combat qui a opposé Erg à Silène. Pour la suite de leur voyage, ils se retrouvent devant une immense étendue d’eau que l’on nomme la « flaque ». Atteindre la ville la plus proche de l’autre côté, leur prochaine destination, devrait leur prendre au moins un an en contournant cette sorte de mer intérieure. Mais Golgoth décide de la traverser à pied, ce qui leur ferait gagner presqu’une année sur les Hordes précédentes et augmenterait encore leur avance. Les fréoles essayent de les en dissuader, étant donné la difficulté de la tâche (ils devraient passer parfois des jours à nager contre le vent, sans pouvoir se reposer sur un rocher ou une bande de sable), et proposent même de leur faire contourner la « flaque » avec leur bateau, ce qui les avancerait encore plus. Mais le Traceur ne veut rien entendre, la Horde doit progresser à pied et il est décidé à relever ce défi…

J’avoue que j’ai du mal à comprendre cette fierté que je trouve un peu mal placée, et qui leur fait respecter à tout prix la règle disant que la Horde ne peut qu’avancer à pied. Si le but est d’atteindre l’Extrême-Amont pour trouver l’origine du vent, pourquoi ne pas profiter des moyens de transport qui leur permettrait d’aller plus vite sans risquer leur vie en permanence ? Car les dangers auxquels ils seront confrontés dans la « flaque » vont les mettre à rude épreuve et ne les laisseront pas indemnes… Ils affrontent d’abord le Corroyeur, présenté dans les chapitres précédents comme celui qui sera l’ennemi mortel d’Erg et de la Horde. C’est intéressant d’en découvrir enfin davantage sur lui, mais j’ai été assez perplexe face à ce « personnage », qui n’est finalement pas un être humain mais une sorte d’entité qui se transforme en permanence et aspire le Vif des êtres vivants qui l’entourent. Ce combat, ainsi que leur confrontation à un michrone d’eau dans une mystérieuse tour quelques jours plus tard est l’occasion d’en apprendre davantage sur les chrones, que l’auteur mentionne depuis le début. Mais je dois dire que j’ai été un peu perdue dans ses explications, qui sont très techniques et s’étalent parfois sur plusieurs pages.

Un point positif est cependant le développement des personnages, qui se poursuit encore au fil du récit. On en apprend davantage sur Callirhoé et Aoi, et même Caracole dévoile de nouvelles facettes de lui-même: il semble en savoir plus qu’il ne le disait sur les chrones et le vent, ce qui éveille les soupçons d’Oroshi. Encore une fois, j’ai hâte d’en apprendre plus sur lui et de découvrir d’où lui viennent toutes ces connaissances.

Même si j’ai un peu moins accroché à ces trois chapitres, je suis toujours curieuse de lire la suite et de voir comment la Horde va s’en sortir dans ce périple qui devient de plus en plus dangereux !

Allez également découvrir l’avis des lectrices du blog Livr’aisons Littéraires, avec qui je réalise cette lecture commune !

Publicités

Une réflexion sur “La Horde du Contrevent – chapitres 7 à 9 | Alain Damasio

  1. Pingback: La Horde du Contrevent – Lecture commune 03 | Livraisons Littéraires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s