La Horde du Contrevent – chapitres 10 à 13 | Alain Damasio

Chronique 4/6

Chapitre 10 – Le siphon

Chapitre 11 – L’Outre et le Lorsque

Chapitre 12 – Alticcio

Chapitre 13 – La tour d’Ӕr

Science-fiction

Auteur : Alain Damasio

Illustration de couverture : Nicolas Fructus

Éditeur : Folio SF

Année d’édition : 2015

Mots-clés : Horde, Aventure, Vent, Science-Fiction

La folie n’est plus folle, dès qu’elle est collective. Je crois que j’aurais pu faire n’importe quoi, le plus absurde, tant que nous le ferions ensemble ; ensemble, je sentais la puissance de chacun, physique et mentale, j’avais confiance en nous, et j’éprouvais cette profondeur du lien qui nous cousait à même la vague.

Un groupe d’élite, formé dès l’enfance à faire face, part des confins d’une terre féroce, saignée de rafales, pour aller chercher l’origine du vent. Ils sont vingt-trois, un bloc, un nœud de courage : la Horde. Ils sont pilier, ailier, traceur, aéromaître et géomaître, feuleuse et sourcière, troubadour et scribe. Ils traversent leur monde debout, à pied, en quête d’un Extrême-Amont qui fuit devant eux comme un horizon fou.

La Horde poursuit son périple à travers la flaque de Lapsane. Après avoir survécu au Corroyeur et au michrone d’eau de la fontaine, ils pensent être presque tirés d’affaire. Mais le pire reste à venir. Alors qu’ils sont dans la partie centrale de cette immense étendue d’eau, où ils doivent nager pendant au moins trois semaines sans poser le pied sur une île, ils sont victimes d’un siphon. Ne pouvant compter que sur la force de leurs bras pour nager, ils sont petit à petit aspirés par l’eau, avec une force inouïe. Grâce aux talents de leur combattant-protecteur Erg, ils parviennent à s’en sortir, mais en subissant quelques pertes… Le moral de la Horde s’en ressent, et la suite de la traversée est plus difficile. Cette scène de lutte contre le siphon m’a beaucoup plu. Outre le suspense omniprésent, Alain Damasio nous fait ressentir à merveille l’impuissance et la panique qui gagne ses personnages face à ce terrible obstacle naturel.

Leur arrivée de l’autre côté de la flaque est brièvement évoquée, et on retrouve ensuite la Horde quelques mois plus tard, dans une ville nommée Alticcio. J’ai eu ici un petit moment de confusion, car le problème auquel ils sont confrontés à cette étape est amenée petit à petit au fil du chapitre, par les points de vue de différents personnages. Il est donc difficile de comprendre d’emblée ce qui se passe. Alticcio se trouve à la sortie aval d’une gorge très étroite qui s’ouvre en entonnoir vers l’amont. Les vents qui s’y engouffrent venant de l’amont sont si violents que les habitants de la ville ont construit une écluse, la porte d’Urle, pour se protéger. Le chemin le plus direct pour la Horde serait de traverser cette gorge et passer par la porte d’Urle, mais l’Exarque (la plus haute autorité d’Alticcio) refuse de l’ouvrir pour eux, sauf s’ils réussissent trois épreuves. Erg et Golgoth sont déjà sortis victorieux des deux premières, tout repose donc sur le troubadour Caracole pour une joute langagière : il se mesure à un intellectuel, Sélème le Stylite, dans trois jeux de langage complexes, basés sur l’improvisation sous contraintes (par exemple, n’utiliser que des palindromes, ou former des phrases ne contenant qu’une voyelle spécifique). J’ai été émerveillée par les jeux sur la langue déployés ici par l’auteur, et par le talent dont il fait preuve. C’est une scène que la littéraire en moi a beaucoup appréciée, et Alain Damasio nous tient encore une fois en haleine jusqu’à la fin 😊

Cette joute ne se termine pas comme prévu, et pas à l’avantage de nos héros. Ils doivent fuir, aidés d’un groupe d’hommes du peuple qui proposent ensuite de leur faire passer la porte d’Urle malgré l’interdiction de l’Exarque. Golgoth accepte et commence à coordonner les préparatifs, tandis qu’Oroshi et Sov demandent à mettre ce temps à profit pour aller consulter les ouvrages des érudits de la tour d’Ӕr. Ils y retrouvent Caracole, qui avait mystérieusement disparu après son épreuve, et qui est à présent en train de lire des livres sur les chrones. On a de plus en plus de doutes et d’indices sur la nature véritable du troubadour, et le chapitre se termine d’ailleurs sur une phrase d’Oroshi, qui lui demande clairement qui il est. J’ai hâte d’en savoir plus parce que ça commence vraiment à m’intriguer… ^^

Cette étape, constituée cette fois-ci de quatre chapitres, m’a à nouveau passionnée. Le rythme ne ralentit pas et le suspense est toujours au rendez-vous. La Horde commence cependant à se réduire au fil des dangers, et certains personnages se dévoilent de plus en plus, avec des révélations parfois peu réjouissantes. Nous verrons bien si cette tendance pessimiste se confirme dans les prochains chapitres, mais j’ai toujours hâte de découvrir la suite…

Allez également découvrir l’avis des lectrices du blog Livr’aisons Littéraires, avec qui je réalise cette lecture commune !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s